Fan-Fiction Orbitless

Réalisé par Laurent Pendarias :

  • Les moteurs de secours viennent de lâcher, déclara 7-PO d’une voix neutre.

Si vous aviez demandé à la capitaine Mulgrew sa définition d’une mauvaise journée, elle vous aurait probablement jeté un hydro-compacteur au visage et vous aurait envoyé bosser au lieu de poser des questions stupides.

  • Capitaine, poursuivit le droïd imperturbable, les champs de gravitation du champ d’astéroïdes nous attirent. L’ordinateur évalue à 99, 99% les probabilités d’une collision mort…

  • La ferme !

Ce devait être une livraison sans histoire… Les soldats de l’empire se contrefichent d’une cargaison de livres, lui avait dit son contact. Ils ont d’autres chats à fouetter dans le quadrant !

Un gain facile, sans problème, en théorie.

7-PO et ses analyses de probabilités n’avaient pas prévu que leur cargo spatial sortirait de l’hyper-espace juste le nez de deux super-destroyers en train de bombarder un village d’insurgés depuis l’espace. Plutôt que de répondre aux demandes d’inspection, la capitaine Mulgrew avait fait ce qu’aucun droïd d’astronavigation n’aurait recommandé : replonger dans l’hyperespace sans calcul.

Elle préférait tenter sa chance, quitte à finir sa vie dans le cœur d’une étoile, que de se faire pulvériser par les batteries de turbolasers. Le réflexe salvateur — quoique fulgurant — n’avait pas été assez rapide pour leur épargner quelques salves.

Le cargo avait perdu la totalité de ses boucliers déflecteurs, les moteurs principaux et tout un tas de trucs secondaires comme les systèmes de survie.

7-PO pouvait se passer du chauffage, de l’oxygène et des chaînes d’holovision mais la perte des moteurs de secours s’avérait problématique.

Engoncée dans une combinaison spatiale, respirant lentement l’oxygène délivré par les antiques bouteilles, la capitaine Mulgrew regarda le champ d’astéroïdes qui emplissait l’horizon de la baie en transparacier.

Un rocher stellaire de la taille d’une ville et de la forme d’une patate heurta un mastodonte et se désintégra en milliers de fragments. Nul doute que le cargo spatial, microbe parmi les géants, finirait en poussières dans quelques minutes.

  • Nous ne disposons d’aucun moteur pour naviguer, poursuivit 7-PO d’une voix neutre.

  • Merci de rappeler l’évidence, boîte de conserve. Avec tous les clignotants rouges de la console je ne m’en serai pas doutée.

  • Si nous allons droit vers une mort certaine, je me dois de vous rappeler que les humanoïdes ont des rites qu’ils pratiquent avant la fin, comme le fait d’enregistrer une vidéo pour ses descendants ou la rédaction d’un testament.

La capitaine Mulgrew serra les dents. Sa fille et son fils, deux adolescents gentils mais maladroits, l’attendaient sur la station Bulwark. Elle ne les reverrait jamais : sa vie prendrait fin au milieu des étoiles dans un cargo en panne, chargé de livres mis à l’index par l’empire.

  • Brillante idée… Et pendant que tu filmes je pose les bouteilles d’oxygène et la combinaison de ma grand-mère ? T’as noté qu’on avait presque perdu les systèmes vitaux. Tant qu’à mourir je préfère le crash à l’asphyxie. On va pas tomber de Charybde en Scylla.

  • Je ne comprends pas capitaine. Toute mort est équivalente pour les biologiques.

  • Tu ferais mieux de nous trouver une solution ! Réfléchis ! À quoi te servent tes cerveaux positroniques et ta capacité de calcul d’un téraoctet par seconde si tu me débites les platitudes que n’importe quel mec bourré pourrait me sortir ?

  • Je ne comprends pas. Nos moteurs sont détruits. Toute réparation en-dehors d’un…

  • Je sais ! Je ne te demande pas ce qui ne marche pas ! Je te demande ce qui marche ! Bordel de bantha ! Mon arrière-arrière-arrière-grand père a ramené Apollo 13 intact avec un crayon et un tableau à craie. Je ne vais pas accepter de mourir sans me battre.

  • Bien, capitaine. Les commandes et les signaux de la console de commande sont opérationnels. L’intégrité du physique est encore de 78%. Le générateur produit encore assez de chaleur pour empêcher le gel des circuits mais pas suffisamment pour vous…

  • Je sais ! Continue !

La capitaine Mulgrew continuait de fixer l’astéroïde géant qui se rapprochait d’eux, lentement mais inexorablement. Elle le toisait sans baisser les yeux, comme un adversaire avant un match de boxe. Tandis que 7-PO énumérait les circuits, sa détermination grandissait.

  • à 3%. Le système de recyclage des déchets fonctionne encore à 100%.

Formidable, pensa l’humaine. Je pourrais encore aller aux WC avant de mourir. Le grand luxe.

  • La console d’holojeu est encore active. Le four également. Les compensateurs de gravité sont opérationnels. Votre boîte mail contient encore 672 spam non traités et…

  • Redis ça.

  • Votre boîte…

  • Non ! Les compensateurs.

  • Ils fonctionnent encore sans quoi nous serions attir…

  • C’est ça !

La capitaine bascula une manette sur la console ce qui acheva de colorer en rouge les derniers indicateurs verts.

  • Bascule toute l’énergie restante sur eux.

  • Capitaine ?

  • Obéis.

Cet outil primitif avait permis le voyage spatial, au vingt-et-unième siècle, en modifiant les forces d’attraction subies par les vaisseaux.

  • Je ne comprends…

  • Nous allons utiliser la masse des astéroïdes et leurs forces d’attraction pour nous déplacer et nous relancer vers une planète habitée.

  • Mais, capitaine, d’après la loi Nolan-Interstaller je vous rappelle que…

  • On va y aller en manuel. Tu cibles les corps planétaires et je lance l’énergie. On se mettra en phase d’attraction le temps de se déplacer puis on coupe. Et on relance.

  • C’est statistiquement impossible.

  • Hé ! J’ai piloté vingt-ans ce tas de boue. Et fini tous les jeux vidéo du MIT ! Y compris Supercharged !

Plus le cargo approchait du mastodonte spatial et plus la capitaine distinguait la surface acérée et mortelle de l’astéroïde.

  • Go ! Cible-moi le moyen à trois heures !

  • Nous allons tous mourir, conclut laconiquement le droïd en s’exécutant.

  • Pas tant que je serai aux commandes !

Jouer

Posted in Autres travaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *